VISITE A UN MALADE SLA : QUEL COMPORTEMENT ?

Amis ou relations vous décidez d’aller rendre visite à cette personne que vous avez côtoyée et qui est atteinte de SLA.
Il s’agit d‘une démarche difficile où l’attitude à adopter doit obéir  à quelques règles, reposant sur vos sentiments et sur une certaine connaissance de la maladie.
Au plan pratique il est important :
  • de connaître les moments opportuns pour cette visite.
    Il faut respecter le repos du patient, celui de l’aidant et savoir les moments où des soins sont pratiqués par l’aidant ou des prestataires externes.
    De même cela évitera les visites, simultanées avec d’autres visiteurs, fatigantes et sans intérêt pour le patient.
  • de se comporter comme si rien n’avait changé ce qui veut dire avoir évacué cette projection de l’état du patient sur vous-même, avec le « et si c’était moi »
Lors du déroulement de la visite qui doit être courte, il faut :
  • Eviter les grandes tirades du plus mauvais effet,
  • Etre soi-même,
  • Se garder d’adopter un air triste, sérieux,
  • Se persuader que la personne n’a pas changé,
  • Eviter de l’infantiliser car il s’agit d’un malade aux facultés non altérées,
  • Instaurer un climat rassurant en adaptant son attitude au vécu passé et en respectant son comportement :
    Personne peu bavarde : on ne l’assommera pas de potins ou de blagues limites,
    Personne proche des copains, extravertie : on l’emmènera sur le registre des souvenirs communs, marquants et joyeux,
  • S’informer de ses nouveaux centres d’intérêt,
  • Requérir ses avis sur quelques points,
  • L’écouter avec attention et réserve s’il manifeste de la colère du désespoir.
  • S’abstenir des phrases idiotes comme « je te souhaite un prompt rétablissement »
  • Eviter les comparaisons avec un autre grand malade SLA ou autre.
  • S’abstenir de faire rêver en signalant tel ou tel remède miracle.

    Au plan des sentiments :
  • ne pas se priver d’un toucher amical réconfortant en s’installant près du malade et lui tenant la main,
  • ne pas cacher ses émotions afin que le malade apporte le réconfort et fasse basculer la situation de manière à devenir le personnage fort de la rencontre.
  • ne pas oublier les autres membres de la famille dans la difficulté et la tourmente.
    proposer de l’aide pour les courses, une présence permettant à l’aidant de souffler….
  • offrir un peu de temps libre, précieux présent en la circonstance.
Ces quelques remarques faciliteront les entretiens au cours desquels le patient est le centre et où sa pertinence de raisonnement est toujours une chance pour vous.
Le solliciter est essentiel pour son positionnement dans cette vie nouvelle si différente.